#GCO – Grand Contournement Ouest de Strasbourg

GCO – Grand Contournement Ouest de Strasbourg

Le GCO est un Grand Projet Inutile et Imposé (GPII) de 24 km d’autoroute à péage, censé désengorger la section urbaine de l’A35 de Strasbourg, en passant par l’Ouest, notamment par des zones rurales qui conduira à la destruction de terres agricoles parmi les plus fertiles d’Europe, mais aussi l’anéantissement de plus de 10 hectares de forêt d’exception, ainsi que le massacre d’un espace naturel exceptionnel. 24 communes seront directement touchées par ce projet qui mettra à mal l’écosystème alsacien pour une inefficacité et un coup financier important

L’idée d’un grand contournement autoroutier de Strasbourg est un projet presque aussi ancien que l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, datant du début des années 1970. Et relancé en 2015 avec la nomination de Vinci comme constructeur du projet
La CNPN (Conseil National de Protection de la Nature) qui doit donner son avis avant la construction de grands projets d’infrastructures en terme de compensation environnementale vient de rendre pour la deuxième fois un avis défavorable, ce 25 janvier 2018. Le Conseil pointe du doigt l’impact destructeur sur la biodiversité et les menaces irréversibles sur de nombreuses espèces animales qui vivent dans les zones boisées humides présentes sur le trajet de ce projet.

Mais le gouvernement sous la houlette du Ministre de l’écologie Nicolas Hulot a confirmé de nouveau la réalisation de ce projet, et à rallonger la DUP (déclaration d’utilité publique) qui n’est d’ailleurs utile que pour le porte monnaie de la multinationale VINCI.

Cet entêtement gouvernemental au mépris des citoyen.ne.s, des agriculteurs et agricultrices, et de l’environnement est en contradiction avec les promesses précédemment faites par le Ministre de l’écologie de respecter l’avis de la CNPN et vient encore une fois démontrer que les priorités sont les lobbies et le pouvoir de l’argent.

Le mouvement Ecolo assure de tout son soutien les militant.e.s qui sur place résistent à ce projet vétuste. Nous dénonçons aussi la vision court-termistes du gouvernement et de son Ministre de l’écologie qui ne défendent pas les citoyens et citoyennes mais bien un libéralisme économique destructeur pour notre environnement.

Après la décision censée d’abandonner le projet de Notre Dame des Landes, la destruction du patrimoine naturel et environnemental alsacien par le GCO ne doit pas être le lot de consolation de Vinci.

D’autres solutions existent et doivent être mises en place comme l’écotaxe qui réduira le trafic poids lourds en transit, favoriser la mobilité active en facilitant l’accès et développant les modes de transports collectifs et doux comme le tram, le bus, le covoiturage et le maillage du territoire par le TER.

Nous demandons au gouvernement de retrouver au plus vite la raison et de respecter l’avis des expert.e.s de la CNPN, et que la politique de développement des transports cesse enfin de passer par le tout voiture.